Vous êtes ici

Pour 2017 un peu plus de croissance mondiale et de risques aussi

Publié le
03/01/2017

La croissance mondiale sera plus forte en 2017, mais pas d’accélération au-delà, selon les prévisions de COE-Rexecode. Les sorties de récession russe et brésilienne, avec un sursaut américain devraient contribuer à effacer une année 2016 médiocre. Restent les inconnues de l’application du programme Trump et les tendances récessives de la mise en œuvre du Brexit.

    • Un double mouvement de balancier

      Le double mouvement de balancier de la croissance mondiale s'opérera davantage au profit de l'économie américaine :
       

      • Le premier mouvement, des pays avancés vers les pays émergents, sera atténué, avec une croissance plus forte aux États-Unis.
      • Le second, défavorable à l’Europe, va s’accentuer. Alors que les moteurs d'une accélération autonome de la croissance européenne restent difficiles à identifier, la mécanique récessive post-Brexit semble enclenchée au Royaume-Uni.


      Au total, la croissance mondiale sera probablement plus vive en 2017 qu'en 2016, mais sans accélération en 2018.

       

      Elle risque aussi de fabriquer les ingrédients qui pourraient la faire flancher en 2019 :
       

      • Si la normalisation des taux d'intérêt ne fait plus question, l'inconnue reste sa vitesse et son point d’arrivée. Avec le surcroît de croissance attendu aux États-Unis, l’activité dépassera son niveau potentiel, ne laissant d’autre choix à la Fed que de remonter ses taux pour tempérer le risque inflationniste. Nous retenons que le niveau des taux à long terme se rapprochera de la croissance nominale américaine, mais pas d’ici la fin 2018.
      • La remontée généralisée des taux est porteuse de risques de déstabilisation financière pour les économies émergentes. Leurs devises se sont déjà dépréciées, leur capacité d'endettement se réduira. Les pays exportateurs de pétrole bénéficieront d’un surcroît de recettes si l’accord de contingentement de la production est bien appliqué. Mais le potentiel de rebond des prix du pétrole reste réduit.


      > Les perspectives économiques sur www.coe-rexecode.fr

       

    • Prévisions par zone

      Zone euro

      En zone euro, le rythme de croissance devrait ralentir en 2017 et 2018. Le Brexit ne semble pas constituer un facteur de ralentissement significatif mais la remontée avérée des cours du pétrole devrait affecter le pouvoir d’achat du revenu des ménages, tandis que le resserrement monétaire plus rapide qu’attendu de la Fed favoriserait un euro faible.

       

      Pays émergents

      Après avoir atteint un point bas inédit depuis 15 ans, l'écart de croissance entre pays développés et émergents s’est creusé début 2016. Ce mouvement de balancier sera atténué en 2017 par l'accélération de la croissance américaine. Il s’accompagnera d’une remontée des taux d’intérêt, porteuse de risques de déstabilisation financière pour les économies émergentes.

       

      Asie-Océanie

      En 2016, l’activité a résisté en Asie grâce à une demande intérieure robuste compensant le manque de dynamisme des échanges extérieurs. Le scénario central reste celui d’un affaiblissement de l’activité en 2017-2018, dans le sillage du ralentissement chinois.

       

      > Toutes les prévisions pays et zones

       

Informations complémentaires :

Date:
03/01/2017

Mots clés :