Vous êtes ici

Paiements mobiles sans frontières, mais avec un selfie

Publié le
29/02/2016

Les paiements, activité de plus en plus numérisée est en pleine recomposition. Sans contact avec carte ou smartphone en boutique, en ligne avec carte, smartphone ou porte-monnaie électronique, les solutions de paiement ne cessent d’évoluer.
Tout comme l’éventail des prétendants au rôle d’acteur de référence. Le Mobile World Congress 16 a été l’occasion de faire le point.

    • Revolut, porte-monnaie mobile multi-devises

      Six mois d'existence et déjà plus de 100 000 clients à son actif, 200 millions de dollars de transactions et une croissance de 6,5% par… semaine.


      Le secret ? Un moyen de paiement entièrement piloté par le smartphone, utilisable dans 90 devises différentessans aucun frais de change, les conversions étant réalisées au taux interbancaire « spot ».

       

      L’utilisateur télécharge l'application, crée son compte, puis l'alimente dans sa devise d'origine. Dès lors, il va pouvoir régler ses achats, retirer de l'argent dans des distributeurs, envoyer des fonds… aux quatre coins de la planète, à moindre coût. 

       

      Tous les usages sont ainsi couverts : touristes, déplacements professionnels, transferts d’argents entre particuliers et achats sur internet sans subir les frais bancaires généralement assez lourds.

       

      > Lire l’article complet Revolut - l'argent mobile sans frontière sur finyear.com,
      repris du blog C’est pas mon idée, consacré à l’innovation dans les services financiers

       

      Paiements sans frontières pour les exportateurs

      Une plateforme Fin Tech française, Kantox, permet de faire des économies sur les commissions de change pour les PME et ETI en bénéficiant de l’accès  au marché des devises « mid market » ou qui échangent leurs devises avec d’autres entreprises via la plateforme.


      > Voir la gestion des devises dans la fiche Paiements à l’international

       

      Les plateformes Revolut et Kantox s’ajoutent aux solutions existantes (qui se renforcent) et à celles qui arrivent (les poids lourds de la téléphonie).

      Apple Pay, des cartes chinoises par millions

      Lancé le 25 février en Chine, Apple Pay a séduit 30 millions de Chinois dès le premier jour. Avec quelques encombrements et désagréments à la clé.

      Les banques elles-mêmes ont incité leurs clients à utiliser l’application, valable pour les paiements en magasin ou en ligne.

       

      Dans un pays qui compte 359 millions d’internautes réalisant des paiements en ligne, Apple s’attaque à AliPay d’Alibaba avec près de 80% de parts de marché et à WePay de WeChat (13%).


      Mais l’application d’Apple est réputée plus sécurisée grâce à l’encryptage unique des transactions. Pour ses services, Apple facturerait 0,15% de chaque paiement effectué.

       

      > L’article complet Apple Pay engrange 30 millions de cartes en 24 heures sur les Echos.fr

    • La sécurisation des paiements vue par Mastercard

      Mastercard sécurise le paiement sur les objets connectés (IoT) : 13% des paiements en Europe se font déjà sans contact. Sécurité plus, ce serait payer avec un selfie, les contrôles biométriques sont plus efficaces qu’un simple PIN.


      Et pour les paiements en ligne c’est une plateforme de tokenisation pour vérifier le numéro de carte généré à chaque transaction (token, un jeton).

       

      > Plus sur les annonces de Mastercard sur la sécurisation des paiements sur l’IoT

      IBM partage 44 000 lignes de code blockchain en open source avec Cisco, Intel, Wells Fargo, JP Morgan...

      Et pendant ce temps IBM parie sur le développement de blockchain, comme arme de désintermédiation, l’intervention du tiers de confiance dans les transactions devenant automatique et hautement sécurisée. IBM prévoit de développer une plateforme dédiée au "blockchain as a service" dans le cloud.

       

      > L’article complet sur l’Usine digitale

       

      Qu'est-ce que le blockchain ?
      La technologie blockchain est en plein développement, elle peut avoir des applications variées, au-delà de la sphère exclusivement financière (sécurisation des bases de données, distribution d’héritage, points de fidélité…)


      > En savoir plus sur le fonctionnement et le potentiel de Blockchain : définition, explication et évolution sur le blog bolden.fr

       

      Et encore plus fort !

      En combinant la technologie de la blockchain avec des formes particulières d'intelligence artificielle, on peut concevoir un crypto-monnaie guidée par des principes éthiques particuliers

      Une crypto-monnaie éthique dotée d'une conscience - Conscoin

      Un groupe de chercheurs de l'Université de Georgetown à Washington DC vient de publier un document proposant une nouvelle crypto-monnaie qui utilise l'intelligence artificielle (AI) pour développer une monnaie possédant un groupe prédéfini de principes éthiques afin de gouverner ses dépenses.

       

      L’argent ne serait plus neutre (sous-entendu pouvant être utilisé à bon ou mauvais escient), mais bien doté d’une certaine conscience morale prédéfinie. Lors de la transaction, en plus de l’authentification de l’utilisateur et de l’existence du montant à payer, serait autorisée (ou non) la transaction elle-même au vu de certains principes. Ou comment passer de smart data (données intelligentes) au sapient data (données savantes). Le Meilleur des mondes n’est pas loin.

       

      > L’article sur une crypto-monnaie éthique dotée d’une conscience sur finyear.com

       

Informations complémentaires :

Date:
29/02/2016

Mots clés :

Questions liées