Vous êtes ici

Le partenariat transpacifique sans les Etats Unis

Publié le
04/02/2017

MAJ février 2017 : Le traité TPP est fragilisé par les Etats-Unis qui se retirent du dispositif. Le traité perd une locomotive économique et l'accès facilité à un marché de plus de 300 millions habitants. Le retrait offre une ouverture à l'autre grand, la Chine, absente de la version initiale du traité.

La question reste posée : Sans les Etats Unis, la Chine sera-t-elle le nouveau leader du traité ? (La tribune.fr)


    • Le Partenariat Trans-Pacifique (TPP) avait été signé le 4 février 2016 par douze pays, visant à supprimer les barrières au commerce, services et investissements entre membres qui représentent près de 40% de l'économie mondiale. Quelques points clés (du traité initial) avec Latribune.fr
       

      Le traité transpacifique, conclu jeudi 4 février entre  l'Australie, Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les Etats-Unis et le Vietnam, a pour objectif de doper la croissance économique. Et ce, notamment en supprimant les barrières au commerce, services et investissements entre membres qui représentent près de 40% de l'économie mondiale. Et 98% des tarifs douaniers.


      Voici certains points clés de ce traité qui pour entrer en vigueur, doit encore être ratifié par les Parlements nationaux :
       

      • réduction progressive de milliers de barrières tarifaires et non tarifaires aux échanges entre membres, qu'il s'agisse de composants automobiles japonais destinés au marché américain, de médicaments australiens vendus au Pérou, de riz américain débarquant au Japon ou de fromage néo-zélandais sur le marché canadien.
      • les douze Etats membres doivent ouvrir davantage leurs appels d'offres nationaux aux entreprises étrangères sans avantager indûment leurs propres entreprises publiques.
      • les différends avec des investisseurs étrangers devront être réglés devant des commissions d'experts.
      • création de brevets d'une durée de cinq à huit ans pour certains médicaments d'avant-garde, soit une durée inférieure au seuil de douze ans en vigueur aux Etats-Unis mais supérieure aux cinq ans de rigueur en Australie.
      • détermination de normes communes pour le commerce électronique et les services financiers.
      • les signataires doivent respecter le droit du travail tel qu'établi par l'Organisation internationale du travail (OIT).
      • les signataires s'engagent à fournir des efforts importants en matière de protection de l'environnement.


      Lire la suite de l'article sur le partenariat transpacifique dans LaTribune.fr

       


      Image : www.euractiv.com