Vous êtes ici

Comment l'abonnement transforme l'économie par le digital

Publié le
24/05/2016

L’économie de l’abonnement marque une révolution dans les pratiques de consommation. Retour sur les raisons et sur les avantages de telles solutions pour les entreprises. Par l'Atelier.net

    • L’économie de l’abonnement s’est aujourd’hui largement banalisée et touche tous les secteurs de l’économie. Plutôt que de réaliser des achats ponctuels, de nombreux consommateurs choisissent désormais de s’abonner à un service pour recevoir une prestation régulière, tissant ainsi une relation de long terme avec l’entreprise prestataire.

       

      Ce changement dans les habitudes de consommation constitue, bien plus qu’une simple mode, un nouveau paradigme capitaliste, au même titre que l’économie à la demande. Plusieurs raisons se cachent derrière ce changement : l'apparition de nouveaux modèles d'entreprises, dont les start-up, qui force les grands groupes à se différencier, une évolution dans la manière de consommer... Mais en dépit de ses avantages, ce paradigme amène son lot de défis à surmonter.

      De la production de masse à l'expérience utilisateur

      « Il y a un siècle, une ère nouvelle s’est mise en place : celle de la production de masse. Fabriquer et vendre des produits est devenu le coeur de métier des entreprises. Le fordisme est devenu le mode de production privilégié, et les grandes entreprises capables d’écouler massivement leurs produits ont bâti des empires… Ce paradigme a dominé le XXe siècle. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde digital, où la clef du succès consiste à offrir une expérience utilisateur de qualité plutôt que de produire et vendre un maximum de biens et services. » a ainsi affirmé Tien Tzuo, fondateur et CEO de Zuora, lors de l’évènement Subscribed 2016, consacré à l’économie de l’abonnement. L'entrepreneur a ensuite affirmé qu’au cours des quinze dernières années, plus de la moitié (52%) des Fortune 500 (les 500 premières entreprises américaines en termes de chiffre d’affaire) ont disparu. L’espérance de vie d’une entreprise était de 75 ans en 1955 : elle n’est plus que de 15 ans aujourd’hui.

       

      « Pour la première fois depuis l’ère industrielle, les obstacles à l’entrée sur les marchés sont très bas, et les grosses sociétés ont bien plus peur des start-ups que de leurs rivales traditionnelles. » affirme Marc Diouane, président de Zuora. Et les dinosaures qui ont survécu à l’extinction sont, selon Tien Tzuo, ceux qui ont su prendre le tournant de l’abonnement. General Electric ne se contente plus de vendre des ampoules et des produits électroménagers : elle est devenue un prestataire de services digitaux, fournissant notamment des logiciels de cybersécurité. IBM propose des services centrés sur le traitement de données et a donné naissance à l’épatant Watson.

       

      Mais ces nouvelles pratiques correspondent tout d'abord à une demande de la part du public, à un changement dans les habitudes de consommation. Les jeunes générations, en particulier, n’ont pas les mêmes attentes que leurs aînés. « Les millenials sont davantage dans une logique d’usage et de partage que d’achat. Cela vaut pour le vélo, la voiture, les films, la musique... » analyse Jérôme Traisnel, CEO de SlimPay, start-up française spécialisée dans les paiements par prélèvements réguliers.

       

      Lire la suite sur Atelier.net

      > Modèle gangant pour les entreprises et pour les clients

      > Des changements organisationnels pour se rapprocher du fonctionnement d'une start-up

      > Des exemples de l'économie de l'abonnementdont les possibilités semblent infinies

       

       

Questions liées