Vous êtes ici

Air France s’allie à Singapore Airlines

Publié le
18/04/2017

Air France se renforce sur l'Asie du Sud-Est et l'Australie grâce à l'accord de partage de codes avec Singapore Airlines. Première étape de rapprochement entre les deux compagnies.

    • Ce n’est pas encore la bague au doigt, mais les deux compagnies se tiennent déjà par la main. Air France et Singapore Airlines ont annoncé, jeudi 13 avril, un accord de partage de codes (un accord de codeshare, dans le jargon des compagnies aériennes). Il pourrait s’agir d’une première étape avant d’envisager une union plus large. Ce type de partenariat va permettre aux deux compagnies d’étendre leur réseau en ajoutant tout ou partie des destinations opérées par l’autre partenaire.

      En pratique, chaque compagnie commercialise une partie du réseau de l’autre. Un tel accord présente aussi l’avantage d’être totalement indolore financièrement pour les deux compagnies, qui n’ont rien à débourser pour le mettre en œuvre...


      http://s2.lemde.fr/image/2017/04/13/534x0/5110737_6_b72f_un-a380-de-la-singapore-airlines-dans-le-ciel_b3bd099b37383aee71382cfcd3e49b38.jpg


      L'Australie, principal enjeu pour Air France
      Depuis 2012, Air France cherche le moyen de proposer à ses clients l’accès à l’Australie. Jusqu’à cette date, elle bénéficiait d’un partenariat avec l’australienne Qantas. Un accord rompu lorsque cette dernière s’est alliée pour dix ans avec Emirates, une compagnie concurrente d’Air France. De son côté, Singapore Airlines a besoin d’étoffer son offre à destination de la France et de l’Europe.

       

      Singapore Airlines agrandit son empreinte en Europe tandis qu’Air France revient en force sur le marché australien. « Un des plus gros marchés en volume », se réjouit M. Roux. Chaque année, environ 130 000 Français se rendent en Australie et près de 35 000 en Nouvelle-Zélande. Selon le directeur général adjoint, « les Australiens sont ceux qui dépensent le plus pour les voyages ». Mieux, l’Australie draine une forte clientèle affaires. « Un gros marché business ».
       

      Plus sur les dessertes facilitées et le déroulement des négociations 
      dans l'article du Monde sur l'accord Air France et Singapore Airlines

       

      A noter également
      Singapour reste un point de transit privilégié, notamment pour la clientèle business, se rendant en Australie. Qui plus est, Air France s'associe avec une compagne aux très hauts standards de services, Singapore Airlines étant la compagnie la plus récompensée depuis toujours.

      Et la qualité des services à bord est un argument commercial de poids, particulièrement sur les vols long-courrier.


      Qui ne sera pas de trop face au défi récent pour les compagnies traditionnelles : le low cost s'invite dans le traffic long-courrier.

       

      Long-courrier : le low cost monte en puissance

      La rédaction des Echos fait le point sur cette nouvelle concurrence au sein du transport aérien. Le long-courrier longtemps réservé au aux compagnies traditionnelles avec leurs hubs, est désormais la "nouvelle frontière" du low cost qui propose des vols directs, de point à point, comme Norvegian ou XL Airways pour les vols transatlantiques.

       

      Avec un avantage supplémentaire pour les compagnies low cost, l'exploitation rendue possible des avions moyen-courrier. Nouveaux moteurs, rayon d'action rallongé et taille toujours moyenne permettant d'exploiter les flottes indifféremment sur toutes les dessertes. Avec un remplissage facilité et des rotations plus nombreuses. Et pour les voyageurs, des vols moins chers et plus courts que ceux avec escale.

       

      > L'analyse détaillée des Echos du low cost dans le long-courrier

Informations complémentaires :

Date:
18/04/2017

Mots clés :